OC 05 : le métier d’archéologue céramologue

On me demande souvent ce que je fais comme métier. Archéologue, ça fascine, mais peu connaissent toutes les disciplines diverses et variées qui composent notre métier, depuis la fouille jusqu’à la publication de nos résultats.

L’INRAP a édité une série de 10 petits films évoquant 10 spécialités de l’archéologie, que vous pourrez trouver ici.

A l’occasion du confinement, j’ai décidé de lever le voile sur mon travail de spécialiste dans l’étude de la céramique : le céramologue. Et parmi mes particularités, j’exerce ce métier en indépendant, au service d’opérateurs archéologiques variés. J’ai également un doctorat dans cette spécialité.

-Alors, tout commence avec le chantier de fouilles. Les archéologues de terrain fouillent des fosses, des puits, des fossés, des caves etc. et déterrent tout un tas d’objets dont en grande majorité, de la céramique. Celle-ci est très bien conservée, car la terre, une fois cuite, ne pourrit pas et traverse les siècles, presque sans encombre. En général, nous retrouvons des morceaux de vases cassés, car c’est la vaisselle cassée que l’on rejette dans les structures déjà évoquées.

Voici un exemple de fosse :

On retrouve également de la céramique entière, le plus souvent dans des tombes, mais les archéologues fouillent plus souvent des sites d’habitat, et donc les poubelles des habitants de ces sites.

-Lors de la post-fouille, le travail d’analyse qui débute après la phase de terrain, la céramique est lavée. Puis, elle est conditionnée en sacs et en caisses et confiée au céramologue.

-Le céramologue sort alors chaque sac, dont il dépose le contenu sur sa table de comptage. Parfois ce sont des petits ensembles :

Parfois des grands :

Puis il trie tous ces morceaux par catégories. Par exemple la terra nigra ci dessus, ou la terre sigillée comme en dessous.

Quand tout est trié, le céramologue rentre toutes les données sur un tableau de comptage : les catégories, les types etc.

Dans son processus d’acquisition des données, il dessine également un certain nombre de vases pour illustrer son étude et son propos.

sur du calque, avec l’aide d’un conformateur, d’une équerre, d’un pied à coulisse

 

Il lui faut trouver les diamètres des fragments dessinés, avec deux types différents de diamétrons

Prendre l’orientation du vase pour le dessiner correctement

 

-Une autre étape consiste à analyser les pâtes des vases pour essayer d’en déterminer l’origine géographique, c’est à dire dans quel région, groupes d’ateliers ou atelier dans lesquels il a pu être fabriqué. Ce n’est pas toujours facile à déterminer, selon les catégories, et selon l’état des connaissances. Mais cela nous donne des informations précieuses sur les échanges économiques régionaux ou à l’échelle du pays.

Avec le confinement, je ne peux pas aller consulter l’échantillon-thèque de référence à l’université…

-Enfin, une fois toutes ces informations techniques recueillies, le spécialiste peut commencer son analyse et aboutir à une datation de tous les ensembles qu’on lui a confié. La datation est la principale attente du chef de chantier, car elle lui permettra d’assembler toutes les structures de son chantier dans des phases, comprendre l’évolution de son site et le placer dans l’histoire régionale et nationale. Souvent les chantiers sont une forêt de fosses en tout genre dont il faut démêler l’écheveau.

Sur ce plan, toutes les phases chronologiques sont matérialisées par une couleur, la rouge étant la phase la plus récente. On se rend compte qu’au cours des siècles, la surface de l’habitat est de plus en plus réduit.

-Après avoir daté, le céramologue peut étudier l’économie mais aussi les fonctions des céramiques : quand apparaissent les assiettes, utilise t’on des gobelets ou des pots pour boire, préfère t’on manger dans des assiettes ou dans des jattes à cuire?

L’accumulation patientes de données, chantier après chantier, permet d’affiner les datations mais aussi la connaissance sur le commerce et l’alimentation des anciens habitants de nos régions.

Les vidéos de l’inrap montrent également le travail de l’archéoozoologue, le spécialiste qui étudie les animaux, et celui du carpologue, qui étudie les graines. Ces deux spécialités permettent de savoir ce que mangeaient et cultivaient nos ancêtres!

 

Et pour finir, une petite fiche jeu pour se mettre dans la peau d’un/e céramologue!

fiche-jeu-ceramologue

 

 

 

Les photos, le contenu et la fiche sont soumis au code de la propriété intellectuelle.

Une réflexion sur “OC 05 : le métier d’archéologue céramologue

Répondre à Vanhille Jean-Pierre Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *