Archéologie et créativité : un nouvel atelier collaboratif, autour de la cuisine!

Lundi 29 février, ma collègue Maïthé et moi sommes allées faire une petite animation conjointe au centre-aéré du village. Nous avons continué notre démarche sur la rencontre de l’archéologie et de l’art, cette fois sur le thème de la cuisine.

Nous avons eu 8 enfants, dont  6 de moins de 6 ans et deux de 9 ans. Au départ, l’activité était prévue pour des plus de 8 ans mais les enfants avaient le choix de leur activité et ce sont les petits qui se sont avérés les plus curieux.

J’ai donc adapté mon discours sur l’histoire de la cuisine gallo-romaine avec beaucoup de questions de comparaisons entre les ustensiles et ingrédients romains et ceux d’aujourd’hui. Je suis passée rapidement sur la frise chronologique et je les ai invités à manipuler des reconstitutions de céramique. C’était très intéressant car les trois quarts des enfants sont restés attentifs et ont bien participé.

Ensuite, nous avons réalisé une recette de moretum, un fromage frais aux herbes, très consommé dans l’antiquité. Chaque enfant a pu participer à la réalisation de la recette et là encore, la participation a été excellente.

Ces enfants étaient des super chefs ! Ils ont pu découvrir l’histoire du mortier et des ingrédients tel que le garum, très spécial.

Je suis fière d’eux. Ils me démontrent à chaque fois qu’en adaptant son discours, on peut amener les enfants, y compris les tous-petits, vers la connaissance de notre histoire et notre patrimoine. C’est mon challenge personnel !

Ensuite, après avoir dégusté notre recette et fait une petite pause, mon amie Maïthé a lancé son atelier : à la découverte de notre recette du bonheur. Maïthé est art-thérapeute et amène délicatement les enfants à réfléchir sur eux-mêmes et ici particulièrement de ce qui est important dans leur vie pour contribuer à leur bonheur.

Les besoins des enfants de cet âge sont simples. Pour leur bonheur, ils ont besoin d’amour, de faire des balades à cheval, de gâteaux féériques, de ballons : que des jolies choses pour rendre leur quotidien heureux

Bref, nous avons passé un bon moment et réfléchissons à notre prochain atelier, alliant archéologie et art créatif!

 

 

Enregistrer

Découvrir les Saturnales à Arkéos

Demain c’est Noël!

Les chrétiens célèbrent la naissance de Jésus-Christ mais la plupart des gens célèbrent Noël comme une fête familiale où l’on offre des cadeaux. En réalité, cette fête a été fixée par l’église chrétienne pour contrecarrer et christianiser la grande fête du soleil invaincu (Sol Invictus) située à la fin des Saturnales, grande fête traditionnelle romaine.

Celle-ci se déroulait une semaine avant le solstice d’hiver, le 21 décembre et était très attendue toute l’année. On y célébrait  le dieu Saturne, le moment où la nature était au repos et le changement d’année.

.Plusieurs auteurs latins en ont parlé et Macrobe, qui y a consacré un texte, appelé Saturnalia, y dit entres autres :  » Ce que nos ancêtres ont fait de mieux, c’est de fixer durant les plus grands froids les sept jours des Saturnales. »

Toutes sortes de cadeaux étaient  échangés : vêtements, couteaux, jouets,objets symboliques, nourriture, boissons, vaisselles, figurines, objets décoratifs… Les maisons étaient décorées, notamment avec des plantes comme le gui, le lierre ou le houx. De grands banquets étaient offerts, les gens se recevaient. En somme, rien de différent de ce que l’on fait de nos jours!

C’était également un moment de grand chambardement des rôles sociétaux car les enfants, les esclaves avaient le droit de s’exprimer librement, les excès étaient autorisés ainsi que tout ce qu’on avait pas le droit de faire toute l’année : « Viens et prends la liberté que
t’accorde le mois de décembre, ainsi que nos ancêtres l’ont décidé. Ne contiens pas tes paroles. », Horace, Satires 2,7,4. Les Saturnales sont en quelque sorte à la fois l’ancêtre de Noël mais également du Carnaval.

Les tribunaux comme les écoles étaient fermés, le travail cessait et les consuls de l’année étaient nommés. On ne pouvait pas exécuter de condamnés.

Le musée Arkéos à Douai célèbre cette année les Saturnales avec toute une série d’ateliers. Hier, avec mon fils ainé, nous avons participé à l’atelier de fabrication de Saturnalia, c’est-à-dire les petits objets qui étaient fabriqués à cette occasion, offerts ou suspendus dans la maison, sur le seuil ou dans les petits autels des carrefours.

Le titre de la série d’ateliers est Io!Saturnalia, c’est ce que criaient les enfants dans les rues durant la période des Saturnales.

L’atelier et l’intervenante étaient de grande qualité. Nous avons bien aimé participer et fabriquer nos petites lampes avec de l’argile et des moules. Puis après, nous avons accroché des saturnalia dans le musée, comme à l’époque romaine.

 

 

Pour en savoir plus sur les saturnales, allez ici ou ici

Et si vous ne savez pas quoi faire pendant les vacances avec vos enfants, voici le programme des ateliers (programme). Vous pourrez apprendre à jouer à la romaine ou encore réaliser une fresque.

Je vous invite vivement à tenter l’aventure! On apprend des tas de trucs en s’amusant!!!