Le caporal Clark R. McWilliams

Je continue mes recherches sur les soldats protestants américains honorés dans notre temple mémorial de Château-Thierry. Le point d’orgue a été le mois de mai où j’ai bien avancé mon travail afin de monter une petite exposition pour les commémorations autour du Mémorial Day célébrant le 100e anniversaire de l’entrée en action des américains dans la guerre.

Aujourd’hui, je souhaite mettre en lumière le caporal Clark Reeser McWilliams, un soldat descendant d’immigrés écossais.

Il appartenait à la compagnie G du 316e régiment d’infanterie et il est enterré au cimetière américain Meuse-Argonne, Romagne, France, Plot D, Row 20, Grave 31.

Photo de Marijke Taffein

Durant mes recherches, j’ai été aidée par Henri McLin qui appartient à la même église que McWilliams. Je le remercie chaleureusement pour son aide.

Sur la plaque dédicatoire apposée sur un banc du temple est gravé ce texte :

IN MEMORY

of

Clark Reeser McWilliams

GIVEN BY

Emmanuel

Reformed Church

Hanover . PA.

USA

Le banc de Clark McWilliams est indiqué par la flèche blanche

Voici un résumé des informations que j’ai pu recueillir sur ce soldat qui a donné sa vie pendant la première guerre mondiale pour aider la France à vaincre son ennemi d’alors et nous libérer de la guerre.

photo tirée du livre York County and the World War, 1914-1919,

Le caporal McWilliams était le fils de M. et Mme Maurice L. McWilliams. Ils habitaient en Pennsylvanie, à Hanover, dans le comté de York. Avant d’entrer en service, il était employé comme tisserand à l’usine de soie Levy Brothers. Le caporal McWilliams était un membre actif de la Emanuel Reformed Church et membre de l’Ecole du Dimanche ainsi que de la chorale de l’école du dimanche, où il était ténor avec son frère Warren. Il avait 2 frêres et 6 sœurs.

Désormais, l’église Réformée d’Emmanuel, s’appelle Emmanuel UCC . Elle a été fondée en 1763, suite à l’achat d’un terrain à Richard Mc Allister, le fondateur de Hanover. En 1765, la première congrégation était établie avec 237 membres.

Il quitta son foyer avec le premier contingent du comté de York, le 20 septembre 1917, et fut affecté au camp d’entraînement Meade. Il appartenait au 316e régiment d’Infanterie, comme beaucoup de soldats du comté de York. En octobre, il fût promu caporal. Au début de Juillet 1918, il partit avec sa compagnie à l’étranger. Il fut tué au combat le 28 septembre 1918, le troisième jour d’une campagne menée par les forces américaines dans le secteur de Verdun, à l’ouest de la Meuse, au cours de laquelle la 316e infanterie s’est distinguée au combat. Un jour après lui a été tué au combat le sergent-major Harold H. Bair, fils de M. et Mme Abraham Bair, rue East Walnut, qui était également à la 316e  et qui est honoré dans notre temple. Clark est mort deux jours avant son 21e anniversaire.

Un article dans le Evening Sun, du jeudi 23 janvier 1919 rend hommage aux 15 soldats de Hanover tués ou morts pendant la guerre. Il mentionne que 7 sont morts au combat (field of honor) ou de leurs blessures (certains à la suite d’un gazage), 3 sont morts de maladie en France et 4 sont morts de pneumonie alors qu’ils servaient dans les camps de l’armée, aux Etats-Unis.

6000 hommes du comté de York furent engagé dans la première guerre mondiale.

English translation

I continue my research on the honored American Protestant soldiers in our memorial church of Chateau-Thierry. The highlight was the month of May when I advanced well my work to set up a small exhibition for commemorations around the Memorial Day celebrating the 100th anniversary of the entry into action of Americans in the war.

Today, I want to highlight Corporal Clark Reeser McWilliams, a soldier descended from Scottish immigrants.
He belonged to the company G of the 316th Infantry Regiment and is buried at the American Cemetery Meuse-Argonne, Romagne, France, Plot D, Row 20, Grave 31.

During my research, I was assisted by Henri McLin who belongs to the same church as McWilliams. I thank him warmly for his help.

On the dedicatory plaque affixed to a church pew is engraved this text:

IN MEMORY

of

Clark Reeser McWilliams

GIVEN BY

Emmanuel

Reformed Church

Hanover . PA.

USA

Here is a summary of the information that I was able to collect about this soldier who gave his life during the first world war to help France to defeat his enemy of then and to free us from the war. Corporal McWilliams was the son of Mr. and Mrs. Maurice L. McWilliams. They lived in Pennsylvania, Hanover, York County. Before entering service, he was employed as a weaver at the Levy Brothers silk factory. Corporal McWilliams was an active member of the Emanuel Reformed Church and a member of Sunday School as well as Sunday School choir, where he was tenor with his brother Warren. He had 2 brothers and 6 sisters. From now on, Emmanuel’s Reformed Church is Emmanuel UCC. It was founded in 1763, following the purchase of land from Richard Mc Allister, the founder of Hanover. In 1765, the first congregation was established with 237 members.

He left home with the first contingent in York County on September 20, 1917, and was posted to Meade Training Camp. He belonged to the 316th Infantry Regiment, like many York County soldiers. In October, he was promoted corporal. In early July 1918, he left with his company abroad. He was killed in action on September 28, 1918, the third day of a campaign by US forces in the Verdun area, west of the Meuse, during which the 316th infantry was distinguished in action. A day after him was killed in action Sergeant Major Harold H. Bair, son of Mr. and Mrs. Abraham Bair, East Walnut Street, who was also in the 316th and honored in our temple. Clark died two days before his 21st birthday. An article in the Evening Sun on Thursday, January 23, 1919 pays tribute to the 15 Hanover soldiers killed or killed during the war. He mentions that 7 died in battle (field of honor) or their wounds (some as a result of gassing), 3 died of disease in France and 4 died of pneumonia while serving in the camps. the army, in the United States.

6000 men of York County was engaged to to WWI.

 

Sources : Les données qui ont permis de constituer cette fiche sont issues du livre York County and the World War, 1914-1919, de la base des cimetières militaires américains ABMC et d’articles dans le journal local ainsi que des aimables informations données par son église, l’Emmanuel Reformed Church de Hanover.

 

Enregistrer

Une balade au Bois de Belleau – a walk in Belleau Wood

Aujourd’hui, nous nous sommes promenés sur le site de Belleau Wood, le Bois de Belleau pour les français. C’est un bois qui fut le lieu d’une des grandes batailles de la 1ere guerre mondiale. Il est un lieu mémoriel, laissé en l’état.

Today, we walked on the site of Belleau Wood, Bois de Belleau for frenches. It is a wood which was the place of one of the great battles of the 1st world war. It is a memorial place, left in the state.

 

Le bois était très calme, nous étions seuls. Les anémones sylvies formaient un tapis blanc dans le sous-bois, les jacinthes étaient prêtes à pousser.

The wood was very calm, we were alone. The anemones formed a white carpet in the undergrowth, hyacinths were ready to grow.

Nous étions loin du fracas de la guerre mais pourtant immergés dans le souvenir. En effet, partout les stigmates de trous d’obus et de tranchées sont visibles.

Des canons aussi jalonnent le bois, triste souvenir du feu de l’enfer qui s’est abattu dans ce lieu. Mon fils de 6 ans posait beaucoup de questions, ça a été l’occasion d’une leçon d’histoire grandeur nature. Quant à mon fils de 3 ans, encore bien éloigné de ce questionnement, il s’amusait sur les canons. Comme une forme d’inné, il savait comment cela marchait… Mon cœur s’est pincé.

 We were far from the noise of the war but yet immersed in the memory. Indeed, everywhere the stigmas of shell holes and trenches are visible. Cannons also punctuate the wood, sad memory of the fire of hell that fell in this place. My 6 year old son asked a lot of questions, it was the opportunity for a life history lesson. As for my 3 year old son, still far removed from this questioning, he was having « fun » with the canons. As a form of innate, he knew how it worked… My heart was pinched.

Cette bataille eut lieu en juin 1918 et fût la première sur un sol étranger des Marines. C’est une bataille fondatrice pour leur corps militaire et chaque année, le dernier dimanche de Mai, lors du Mémorial Day, beaucoup d’entre eux viennent en pèlerinage.

Elle fut la plus sanglante pour les américains, durant la guerre, leurs pertes furent alors à leur maximum. Leur bravoure impressionna les français et conduisit le général Degoutte, commandant de la VIe armée à renommer le Bois Belleau : Bois de la Brigade des Marines :

« En raison de la brillante conduite de la 4e brigade des Marines de la 2e division dinfanterie des États-Unis qui a enlevé de haute lutte Bouresches et le point d’appui du Bois Belleau défendu avec acharnement par un adversaire nombreux, le général commandant la VIe Armée décide que dans toutes les pièces officielles, le Bois Belleau portera désormais le nom de Bois de la Brigade des Marines »

This battle took place in June 1918 and was the first on foreign soil of the Marines. It is a founding battle for their military corps and every year on the last Sunday of May, at the Memorial Day, many of them come on pilgrimage.
This battle was the bloodiest for the Americans, during the war, their losses were then at their maximum. Their bravery impressed the French and led General Degoutte, commander of the Sixth Army, to rename Bois Belleau : Wood of the Marine Brigade :

 « Because of the brilliant conduct of the 4th Marine Brigade of the 2nd Infantry Division of the United States, which fought hard against Bouresches and the fulcrum of the Bois Belleau fiercely defended by a numerous adversary, the general commander of the Sixth Army decides that in all official documents, Bois Belleau will now be called the Wood of the Marine Brigade « .

Cette bataille a fortement marqué la mémoire américaine et un porte-avion américain a été également nommé Bois Belleau en souvenir ainsi qu’une base militaire.

His battle strongly marked the American memory and an American aircraft carrier was also named Bois Belleau in memory as well as a military poste.

 

Des hommes derrière les bancs, un mémorial de la Grande Guerre, Men behind pews, a memorial church of WWI

Le temple de nos jours

Le temple de Château-Thierry a été édifié grâce à une levée de fonds des protestants américains, en hommage à leurs soldats morts durant la guerre. Des familles, écoles et amis ont également contribué à l’équipement du temple en banc, tables, chaire, baptistère….

(English version at the bottom of the page) Lire la suite

Des aumôniers dans la première guerre mondiale, americans chaplains in the great war

A l’occasion de l’exposition des Porte-Drapeaux de Château-Thierry au temple mémorial de Château-Thierry du 1er au 15 juin 2017, intitulée « Centenaire Engagement de la Force expéditionnaire américaine en France », l’association des Amis des Temples de Château-Thierry propose de mettre en valeur l’engagement et le sacrifice des aumôniers (chaplains) durant la grande guerre, aux côtés des soldats.

Lire la suite