L’exposition Musiques! au Louvre Lens : à voir absolument!!

Hier, j’ai visité l’exposition Musiques! Echos de l’Antiquité au Louvre Lens avec mon petit gars de 3 ans et demi.

A défaut de pouvoir aller au Louvre Abu Dabi (joke), nous pouvons découvrir avec beaucoup de bonheur le Louvre du bassin minier. C’est  moins exotique certes, mais c’est chez nous, à portée de voiture et on se cultive tout autant!

Cette petite aparté faite, le temps d’hier rendait ce musée très couleur locale, comme on peut le voir sur cette photo toute brumeuse à cause de la petite bruine bien fine, qui pénètre jusqu’aux os. Brr… Du coup, le sol du sentier était très glissant et plein de petites flaques.

Ce musée est de conception très moderne, j’avoue que son design n’est pas ma tasse de thé, je le trouve très froid. Et j’ai du mal à comprendre le décor extérieur… La galerie du temps, que j’avais visité à l’ouverture offre un regard en pointillé sur la chronologie de l’histoire de l’art en Europe, de la préhistoire à l’époque moderne. C’est très en pointillé et donc forcément lacunaire et là encore, c’est pas ma tasse de thé. Mais, cela a le mérite d’amener des oeuvres d’art majeures en dehors de Paris, à la portée de tous. Je crois viscéralement à la culture pour tous, comme un élément fort de construction individuelle et collective.

En revanche, l’expo du moment m’a vraiment plu! J’ai beaucoup aimé la scénographie et le choix des oeuvres. Il ne manquait que des instruments gaulois pour parfaire mon plaisir. Mais comme l’exposition était consacrée à la musique dans les grandes civilisations antiques, Mésopotamie, Rome, Égypte et Grèce, c’était normal. Dans ces civilisations, les instruments, les musiciens et les danseurs étaient représentés sur tous les supports d’art : peinture, papyrus, sculpture, gravure, céramiques peintes, sarcophages, monnaies…

Les 374 oeuvres sont présentées dans des sortes de bulles par thème comme « les métiers de la musique » ou « le pouvoir des sons »…

Désolée pour les photos floues : pas de flash dans un musée

Dans certaines de ces bulles, on peut écouter des morceaux de musique reconstituée ou encore l’hymne à Apollon, qui a beaucoup plu à mon fils.

Malheureusement, comme souvent quand je vais dans un musée avec un de mes garçons, j’ai pas vraiment le temps de flâner et de lire tous les cartels. Mon petit hyperactif a déclenché une paire de fois les alarmes en s’appuyant sur son oeuvre préférée : le sarcophage égyptien ou en passant derrière les vitrines.

Le problème de ce sarcophage c’était qu’il n’ y a pas de « monsieur mort dedans »… Petit moment de déception pour mon amateur de squelette….

Mais, cela s’est quand même bien passé. Il a été fasciné par le danseur aux kroupeza que je lui ai fait observer et décrire et quelques autres oeuvres.

Ainsi, il s’habitue à aller dans les musées et à intégrer les règles de visite. Pour ma part, j’ai été interpellée par cette petite terre cuite représentant deux musiciennes à dos de dromadaire. C’est une petite pièce très amusante.

Un cornu, sorte de trompe de guerre romaine, est présentée avec des extraits sonores et un fragment de la colonne trajanne où l’on voit des cornua en action.

Le livret de visite est très bien fait et il y a un carnet de jeu pour les enfants également bien fait. Attention, il est pour des enfants déjà grands, je dirai au minimum CM1 ou si avant, accompagné d’un adulte. Il faut avoir le temps et la patience pour le finaliser. Pour des enfants en 6e, c’est l’idéal car toutes les civilisations présentées sont au programme d’Histoire-Géographie. Ils pourront aussi apprécier le sarcophage des muses et essayer de les identifier…

L’expo est encore visible jusqu’au 15 janvier, c’est à dire que vous avez toutes la 2e semaine des vacances de Noël pour y aller en famille!!

Mais dans tous les cas, n’hésitez pas à visiter ce musée. Le site internet présente quelques oeuvres et l’exposition.

Le personnel est accueillant et les salles sont entièrement accessibles pour les handicapés moteur.

En revanche, le prix de l’expo est élevé : 10 euros! Mais gratuit pour les moins de 18 ans. Ouf.

 

Le Latenium, un musée à découvrir! La Tène un site mythique

Si il y a bien un musée que j’affectionne tout particulièrement, c’est bien celui du Latenium à Neuchâtel en Suisse. Tout d’abord, parce qu’il porte le nom de La Tène, un village situé non loin de là, à l’extrémité du lac et dans lequel,  la découverte d’un site d’habitat gaulois a eu un impact profond sur l’archéologie et l’histoire européennes puisque c’est grâce aux objets qu’on y a retrouvé que l’on a caractérisé une nouvelle période chronologique : le 2e âge du Fer, appelé La Tène. Ensuite parce qu’il est situé dans la ville où habite une de mes amies très chère et cela lui donne une dimension affective. Ce musée, moderne, qui fait partiellement peau neuve, est conçu comme un voyage linéaire à travers le temps, mais à reculons. On commence par l’histoire du canton à l’époque médiévale puis d’étages en étages, on remonte jusqu’à la préhistoire la plus ancienne. Lire la suite

L’apothicairerie de Lons-le-Saunier : un bijou à visiter!

Cet été, j’ai visité en solo une apothicairerie que je voulais voir depuis longtemps. Seulement, elle n’est visitable que deux fois par semaine l’été, le mercredi à 10 h et le vendredi à 15h, alors c’était l’occasion ou jamais. On ne peut la visiter qu’avec un guide de l’office du tourisme, dans mon cas, Christelle, dont j’ai particulièrement apprécié la passion, la maîtrise du discours et de la distillation des informations ainsi que la parfaite connaissance de son sujet. Cela donne une visite intéressante et agréable, pas du tout ennuyeuse.

Lire la suite

La grotte Chauvet : à visiter absolument en famille!

Cet été, un collaborateur des Patrinautes est allé visiter la caverne du Pont d’Arc et nous en a fait un compte-rendu.

La grotte

Ce site, mieux connu sous le nom de grotte Chauvet, est un immense centre d’interprétation consacré à la grotte et son contexte de l’Aurignacien. La grotte, datée d’il y a 36 000 ans, a été découverte par trois spéléologues en 1994. La grotte est immense et les décors sont organisés en trois grands ensembles que l’on peut visiter virtuellement sur le site archéologie.culture.fr. Vous avez le choix entre une visite libre et une visite guidée. Vous pouvez aussi voir une série de photos sur le site web de la caverne du Pont d’Arc, ici. Lire la suite

Lascaux II : l’émerveillement

Volet 2 : La grotte fac-similé de Lascaux

Cet article est la suite du précédent article sur le Thot.

Après avoir visité le centre d’interprétation du Thot, nous nous sommes rendus à Lascaux II.

Les parkings sont calamiteux et pas sécurisés. Pour ça, ouf, il y aura le nouveau site de Lascaux IV, l’année prochaine. La grotte sera reconstituée entièrement, tout sera regroupé au même endroit : fac-similé et musée. Elle bénéficiera de tous les moyens muséographiques modernes, comme nous pouvons l’entr’apercevoir sur le site internet de Lascaux. En tout cas, la visite est à notre programme de l’année prochaine !

Lire la suite

On a visité le Thot et Lascaux! Ce qu’on en a pensé…

Volet 1 : le  Thot-Espace Cro-Magnon

En Juillet, nous sommes allés visiter en famille la grotte de Lascaux, ou plutôt le fac-similé Lascaux II. Comme nous étions en pleine période préhistoire avec les enfants, ça s’imposait d’aller voir en « vrai » une grotte ornée par les fameux hommes de Cro-Magnon. On a fait un peu de route mais on était motivés !

Mais attention !!! La visite est guidée et il faut réserver un créneau horaire à Montignac, la commune sur laquelle se trouve la grotte (en haute saison)! Ce que nous ne savions pas. On ne peut donc pas acheter ses tickets sur le site de Lascaux II. Il faut prévoir de réserver à l’avance, en ligne, ou d’aller (TÔT!) dans le local dédié à côté de l’office de tourisme. Vous choisissez la langue dans laquelle vous voulez avoir la visite guidée. Vous pouvez également coupler votre visite avec celle du Thot qui est un centre d’interprétation sur la grotte de Lascaux et son environnement. Lire la suite

Une visite hors du temps : l’Hôtel-Dieu de Château-Thierry

Ce samedi, c’était la nuit des musées, un évènement qui permet de visiter les musées gratuitement, dans une ambiance spéciale. En effet, le côté nocturne projette les vieux bâtiments dans une atmosphère particulière, un peu hors du temps et, si des animations sont proposées, cela ajoute une touche d’originalité qui distingue vraiment la nuit des musées des journées du patrimoine. Cette année, j’ai visité deux musées proches de chez moi. Celui dont je veux vous parler aujourd’hui est un monument qui me tient à cœur : le musée du Trésor de l’Hôtel-Dieu de Château-Thierry.

Impression

Il s’agit d’un musée privé qui est géré par l’association Art et Histoire de Château-Thierry. Cependant, il n’existe à l’origine que par la volonté et le dévouement de Mme Rapine. En effet, cet Hôtel-Dieu a toujours été une institution dédiée aux soins de santé et au XXe siècle, il abritait un hôpital, qui ne déménagea qu’en 1983. Mme Rapine en était l’économe et reçut en 1965 les clefs des greniers par la dernière religieuse augustine de l’hôpital. Ceux-ci renfermaient des œuvres centenaires, fruits de siècles de dons faits aux Augustines. Ce fût le point de départ de l’aventure d’une vie que Micheline Rapine vouât à la sauvegarde des collections de l’Hôtel-Dieu et à la création du Trésor. Peu à peu, le musée vit le jour, une fois les services hospitaliers déménagés, jusqu’à 2010, date de l’inauguration officielle, où enfin il fût ouvert au grand public et plus seulement aux groupes sur réservation.

Ce musée est désormais visitable du vendredi au dimanche, à 15h et toujours avec un parcours guidé. C’est une visite que l’on ne regrette pas et l’on est emmené, hors du temps, et ce, dès les portes de la chapelle franchies. A noter : Un petit livret-jeu est remis aux familles avec enfants de plus de 8 ans.

IMG_9147

Bien que j’ai été guide à de nombreuses reprises dans le passé, je n’aime guère suivre de visites guidées. Je préfère me diriger par moi-même, avoir le temps de regarder les œuvres et lire les panneaux. Mais ici, tout est construit par et autour de la visite guidée. Celle-ci permet d’appréhender les œuvres de manière  active. Un des meilleurs exemples en est le chapier, dont les tiroirs actionnés par le guide montrent de manière spectaculaire la collection de vêtements liturgiques. Le coffre moghole également bénéficie de la visite guidée. Je me rappelle encore Mme Rapine ouvrir les tiroirs pour dévoiler les compartiments secrets…

IMG_9169

IMG_9167

Les salles sont organisées de façon thématique. J’apprécie tout particulièrement la salle d’art sacré, la reconstitution de la cuisine ou encore la partie clôturée dévolue aux cellules des religieuses.

IMG_9151 IMG_9172 IMG_9173

Mais, ce que je préfère, c’est l’apothicairie. Celle-ci réunit les deux facettes principales de ma vie professionnelle : la céramique et les plantes. Un jour, j’ai eu l’honneur d’y faire une intervention et de reconstituer et distiller un remède, l’eau d’Arquebuse… J’en garde encore un souvenir exalté.

IMG_9156

Cette année, le thème choisi pour cette Nuit, était celui des femmes, en raccord avec l’année Cultur’Elles de Château-Thierry. Réparties dans plusieurs salles, des dames en costume évoquaient avec le public les différentes femmes impliquées dans la vie de l’Hôtel-Dieu au cours des siècles.

IMG_9164

L’équipe des salariés et des bénévoles du musée est très gentille et très impliquée dans la valorisation et la sauvegarde des collections. Malheureusement, son budget modeste et les soucis actuels avec l’hôpital (voir entre autres), ne lui permettent pas de faire rayonner le musée à la place qu’il mérite. Son futur est encore incertain et il est important de se mobiliser et de le faire connaître autour de nous.

Venez le visiter, vous ne le regretterez pas, comme toutes les personnes que j’y ai emmenées ! Soutenons la culture et le patrimoine local, ici et dans toutes les régions de France pour que vive notre histoire pour les générations futures.

Pour les renseignements complémentaires, les horaires et tarifs, c’est ici !

PS : Les flash étant interdits, les photos ne peuvent être de meilleure qualité mais cela donne un aperçu de l’ambiance nocturne…

L’exposition Nécroscopie et le musée Rolin à Autun

Autun est une ville qu’il faut absolument visiter un jour si l’on est amateur de l’époque gallo-romaine ou de l’art roman. Elle est riche en monuments antiques encore visibles, tels le théâtre, le temple de Janus ou encore les remparts romains et deux de ses portes encore conservées. L’époque romane est illustrée par la cathédrale Saint-Lazare, construite entre 1120 et 1130. Joyau de l’art clunisien, elle est parée de nombreuses sculptures de Gislebertus, dont le tympan comme les chapiteaux de la nef valent à eux seuls le déplacement. J’ai eu l’occasion de suivre une visite guidée fantastique. Cette visite est proposée pour des groupes au tarif de 99 euros par l’office de tourisme, avec le guide conférencier Rob, celui que nous avons eu. Vous pourrez vous renseigner ici.

IMG_8905 copie

Tympan du Jugement dernier

Malheureusement, aucun audio guide n’est disponible pour les visiteurs particuliers mais un guide des éditions du patrimoine est disponible à l’office du tourisme pour 12 euros. Vous pouvez également vous rapprocher du service groupe de l’office de tourisme qui  peut se charger d’organiser des courts séjours à la carte, très intéressants, pour un prix raisonnable (groupes@autun-tourisme.com).

Après cette petite introduction sommaire sur la ville d’Autun, qui ne manque pas d’atouts historiques et culturels (je vous parlerai plus tard d’un autre site archéologique majeur voisin), je voudrais vous parler en particulier de l’exposition Nécroscopie au Musée Rolin.

affiche-expo-rolin-necroscopie-web

Le musée Rolin est situé dans un hôtel particulier des XIV et XVe siècles qui a la particularité d’être la maison natale de Nicolas Rolin, chancelier du duc de Bourgogne. Il abrite une belle collection d’objets archéologiques gallo-romains provenant d’Autun, capitale des Eduens  fondée par Auguste. Ce peuple allié de Rome fut gratifié après la conquête pour son soutien à César et la parure monumentale dont Autun a été dotée est l’expression même de ces liens profonds avec Rome. Les collections d’art roman sont également intéressantes, mais je n’ai pas pu les visiter cette fois-ci.

J’ai beaucoup apprécié les mosaïques et les petits objets de la vie quotidienne. Les sculptures et objets religieux sont également très intéressants.

IMG_8951 copie IMG_8956 copie

Mais, comme souvent dans ce genre de monuments, l’accès aux personnes à mobilité réduite ou en fauteuil roulant est très difficile, voire impossible. Il y a beaucoup d’escaliers et pas d’ascenseur. Les poussettes sont également interdites. Enfin, les cartels sont vieillots et mériteraient un coup de neuf et des aides à la visite pour les plus jeunes seraient les bienvenues. Un projet de nouveau musée est en cours d’élaboration et il sera, j’en suis sûre, plus moderne et plus accessible.

Venons en à l’exposition. Elle est visible de mai jusqu’au 31 octobre.

Elle livre au grand public les principaux résultats des fouilles archéologiques menées par l’INRAP et le service archéologique de la ville d’Autun, entre 2003 et 2009, à l’emplacement de la nécropole de Pont-l’Evêque à l’est de la ville. De nombreuses tombes ont été découvertes, révélant différentes pratiques funéraires (inhumations et crémations) et différents types de sépultures. De nombreux objets, aux premiers rangs desquels une impressionnante série de stèles funéraires ont été retrouvés et sont exposés.

L’exposition est séparée en deux parties. La première, dans la cour du Donjon, accueille un vaste barnum qui abrite les reconstitutions d’un bûcher funéraire et de différentes tombes. Le dispositif est très visuel et bien pensé. L’ensemble est spectaculaire et nous plonge à l’époque antique.

IMG_8967 copie IMG_8969 copie IMG_8973 copie

IMG_8980 copie IMG_8976 copie IMG_8972 copie

La deuxième partie se situe dans les étages du musée et l’on y trouve, en plus de stèles funéraires, beaucoup d’objets issus des tombes et témoignant de la vie quotidienne des habitants antiques d’Augustodunum. On y trouve les détails des pratiques funéraires, le traitement des touts-petits, les matériaux employés… Cette exposition permet d’en savoir plus sur les rituels funéraires antiques et d’approfondir nos connaissances sur la société gallo-romaine.

Le catalogue de l’exposition vous permettra de compléter la visite. Les illustrations abondantes et bien faites renforcent l’aspect visuel et pédagogique, à l’instar de l’ensemble de cette belle exposition. De plus amples informations sont disponibles sur le site de la ville d’Autun, ici.

Je vous encourage vivement à la visiter et visiter Autun !

Enfin, je ne voudrais pas oublier de vous dire que la ville d’Autun est le siège de la troupe de reconstitution Légion VIII Augusta et que leur site internet est très complet et bien illustré avec de nombreuses et détaillées descriptions des monuments antiques d’Autun, ici.