La cartonnerie de Mesnay (Jura), un vestige de notre patrimoine industriel

La maison du carton de Mesnay est nichée au bord de la Cuisance, à mi-chemin entre Arbois et les Planches-sous-Arbois. C’est un éco-musée dédié au patrimoine industriel du papier et du carton. Il est situé dans la dernière usine à avoir fermé à Mesnay et environs et il est géré par une association de sauvegarde du patrimoine.

Ce musée ne peut être visité qu’avec une guide. De toute manière, la muséographie sommaire ne se prête pas à une visite libre et la guide livre des informations et des anecdotes très intéressantes. On y découvre toute la chaîne opératoire de la création du papier et du carton. Cela commence d’abord par les débuts du papier, quand il était encore à base de chiffon de tissu et que toute la famille participait au processus de fabrication. Seules 2000 feuilles par an étaient produites. C’était un papier précieux, non acide, solide et non sensible aux moisissures. Les livres fabriqués avec ces feuilles résistent bien mieux à l’outrage des siècles que ceux fabriqués en pâte de bois à partir de la fin du XVIIIe siècle, avec un processus industriel. On peut voir un exemplaire d’herbier en papier chiffon très bien conservé à l’apothicairerie de Lons-le-Saunier.

Après cette brève introduction, la guide fait une démonstration de fabrication de feuille de papier et les enfants peuvent s’y essayer et repartir avec une feuille à la fin de la visite.

L’usine de Mesnay est d’abord une papeterie, fondée en 1710, puis en 1888, elle passe aux mains de la famille Hétier qui rachète toutes les usines locales. Jean-Baptiste Hétier convertit alors la papeterie à la fabrication du carton, puis à celle du carton cuir dont il semble l’inventeur. Il s’agit de fragments de cuir ajoutés au carton et dont l’aspect ressemble au cuir. Ce produit de substitution aura du succès, notamment avec la fameuse valise en carton.

Sabots en cuir auxquels on a rajouté une partie arrière en carton cuir, quasiment impossible de voir la différence

L’usine fabriquera également des éléments d’habillage des voitures, malheureusement remplacées par le plastique.

Toute cette histoire est très bien expliquée par la guide. Toutes les machines sont encore en place, dans leur jus, ainsi que les découpoirs et de nombreux objets d’époque, fabriqués dans l’usine.

La machine à feuilles

Raffinoir

Défribreur

Vous pouvez trouver un petit document en PDF à télécharger sur le site du musée, synthétisant l’histoire de la cartonnerie et illustrant les différentes machines : ici.

Notre avis : Si vous êtes amateurs de patrimoine industriel, ce musée est fait pour vous. En revanche, je ne le conseille pas avec des enfants, malgré la fabrication d’une feuille de papier (moins de 5 min), ils risqueront de s’ennuyer. A vous de voir si cela peut intéresser vos enfants si ils ont de plus de 10 ans et si ils sont curieux, mais je pense que des adultes s’y retrouveront mieux ou des lycéens, surtout ceux en filière technique. On peut également déplorer le manque de moyens ne permettant pas à la muséographie d’être moderne et efficace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *