Des aumôniers dans la première guerre mondiale, americans chaplains in the great war

A l’occasion de l’exposition des Porte-Drapeaux de Château-Thierry au temple mémorial de Château-Thierry du 1er au 15 juin 2017, intitulée « Centenaire Engagement de la Force expéditionnaire américaine en France », l’association des Amis des Temples de Château-Thierry propose de mettre en valeur l’engagement et le sacrifice des aumôniers (chaplains) durant la grande guerre, aux côtés des soldats.

En effet, la chaire du pasteur a été offerte au temple pour l’équiper après sa construction par le Conseil fédéral des Eglises du Christ en Amérique en mémoire des chapelains américains morts durant la guerre.

Voici le texte que l’on peut voir sur la plaque de gauche :
Memorial to the chaplains of the United Army who made the supreme sacrifice in the World War.
Given at the suggestion of the Federal Council of the Churches of Christ in America, by the chaplains of the Army and Navy of the United States, who served in the World War ; and by the Reformed Church in the United States « Greater love hath no man than this, that a man lay down his life for his friends », John  15 : 13.

Jean 15, 13 : Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.

Sur la plaque de droite, on peut lire les noms de 22 chaplains dont huit sont enterrés en France (la liste suivante).

-Albert D. Bell, Chaplain, US Army, 310th Infantry Regiment, 78th division, entré en service en Pennsylvanie, mort le 13 Octobre 1918, enterré à Saint-Mihiel, American Cemetery Thiaucourt, France.

-John A. Deaver, Chaplain, US Army, 61th Infantry, 5th division, entré en service en Alabama, mort le 13 Octobre 1918, enterré au cimetière Meuse-Argonne, American Cemetery, Romagne, France.

-Doyle, First Lieutenant, US Army, division Headquarters, 90th division, entré en service en Ohio, mort le 5 Octobre 1918, Suresnes American Cemetery, Suresnes, France.

-W. Keith, Chaplain, US Army, 111th Infantry Regiment, 28th division, entré en service en Pennsylvanie, mort le 8 septembre 1918, Suresnes American Cemetery, Suresnes, France.

-H. Marsh, Chaplain, US Army, 18th Infantry Regiment, 1st division, entré en service dans le Nebraska, mort le 7 octobre 1918, enterré au cimetière Meuse-Argonne, American Cemetery, Romagne, France.

-E. O’Flaherty, Chaplain, First Lieutenant, US Army, 28th Infantry Regiment, 1st division, entré en service dans le Sud Dakota, mort le 3 Octobre 1918, enterré au cimetière Meuse-Argonne, American Cemetery, Romagne, France. Award : Distinguished service Cross.

-S. Sewell, Chaplain, US Army, 30th Infantry Regiment, 3rd division, entré en service en Georgie, mort le 15 juillet 1918, enterré au cimetière Oise-Aisne, American Cemetery, Fère-en-Tardenois.

-S. Smart, Chaplain, US Army, 328th Infantry Regiment, 82th division, entré en service à New York, mort le 15 Octobre 1918, enterré au cimetière Meuse-Argonne, American Cemetery, Romagne, France.

 

Récemment, après avoir contacté pour mes recherches le cimetière Meuse-Argonne, j’ai pu obtenir des informations plus détaillées sur le père Colman O’Flaherty. Que soit remercié ici son personnel, qui malgré les préparatifs du Mémorial Day, a gentiment recherché des informations sur les douze soldats mentionnés sur les plaques dédicatoires de notre temple qui sont enterrés au cimetière américain Meuse-Argonne.

Cliché transmis par le cimetière américain Meuse-Argonne

Le père O’Flaherty est mort au combat à Véry dans la Marne, le 3 Octobre 1918 à l’âge de 42 ans.

Il était originaire du comté de Galway en Irlande où il a reçu une solide éducation religieuse. Il étudia en France dont il maîtrisait parfaitement la langue puis il émigra au Canada et aux Etats-Unis où il fut ordonné prêtre dans le Dakota du Sud en 1901. Durant neuf ans, il supervisa la construction de sept églises,  puis pris la responsabilité de l’église de la Sainte Famille à Mitchell, S.D. Durant huit ans, jusqu’à la guerre, il oeuvra au développement du Collège Columbus à Chamberlain. Alors qu’il menait une brillante carrière ecclésiastique, il répondit à l’appel de l’Eglise et de l’Amérique pour rejoindre la Force expéditionnaire américaine en France, en mai, où il fût affecté comme chapelain, au grade de 1er lieutenant, au 28e régiment d’Infanterie, 1ere division. Il manifesta un grand courage, toujours au plus près des soldats blessés sur la ligne de front pour les encourager et les réconforter, au mépris de sa propre vie.

Tous les gens qui l’ont rencontré et côtoyé ne tarissaient pas d’éloge à son propos et il était unanimement apprécié par tous les soldats, qu’ils soient catholiques ou non. Son courage et son dévouement ont été récompensés par la Distinguished Service Cross, décernée à titre posthume par le Président des Etats-Unis.

Un bel hommage lui fut rendu dans le Dakota du Sud et de nombreux témoignages émouvants de soldats, officiers et amis furent consignés dans un livre.

Les circonstances de sa mort

Il a été tué par un obus alors qu’il se portait au secours d’un blessé victime d’un précédent obus. Voici deux témoignages de lieutenants présents sur les lieux :

« J’étais avec lui quand il a été tué, à pas plus de 20 pieds de lui » dit un jeune lieutenant. « Toute la matinée, il avait enterré des allemands. Puis à midi, quand un obus a frappé un camion à Véry –à un carrefour qui avait l’habitude d’être nommé Véry- et alors que chacun était dispersé aux quatre vents, le Père O’Flaherty s’est rendu à toute vitesse sur place pour voir qui était blessé et ce qu’il pouvait faire. Le deuxième obus l’a eu et l’a tué sur le champ. »

« J’ai personnellement très bien connu le Père O’Flaherty et durant ma relation avec lui, j’ai eu la chance de voir les nombreuses belles choses qu’il fit. J’étais très près de lui au moment de sa mort et j’en connais les circonstances. Il a entendu un obus percuter la route et s’est tourné vers un des hommes en disant « Cet obus a touché quelqu’un », et immédiatement, il est parti en direction de l’endroit que l’obus avait frappé. Après avoir parcouru une courte distance, on voyait qu’un homme était blessé et le Père O’Flaherty est immédiatement allé à son secours. Juste quand il étendait l’homme, un autre obus est tombé et a explosé à côté de lui et a coupé ses jambes près des hanches et l’a tué. »

Plusieurs adjectifs ont été employés pour qualifier cet homme à la mort héroïque : zélé, énergétique, courageux, amical, généreux et fidèle. Un témoignage précise qu’il fut grandement pleuré par tout le 28e régiment.

Albert Bell

J’ai obtenu quelques renseignements sur lui grâce à la société historique du comté de York en Pennsylvanie, qui m’a envoyé une copie d’un livre écrit après la guerre en mémoire des soldats décédés de York.

Albert D. Bell était le fils du Révérend protestant Albert Bell, habitant à York, Pennsylvanie. Il a été au lycée de la ville puis au séminaire théologique de Gettisburg. Après ses études, il avait en charge une paroisse luthérienne à Sparrow’s point, Md. Dès le début de l’entrée en guerre des américains, il a servit comme aumônier militaire dans le 310e régiment d’infanterie, 78e division. Il est mort au front d’une pneumonie. Il est enterré dans le cimetière américain de Saint-Mihiel à Thiaucourt. Le texte d’hommage précise qu’il fut le seul chaplain de York à être mort durant la guerre.

Voici le texte en anglais :

« Chaplain Bell was the son of Rev. And Mrs. Albert Bell, East Maple St., York, Pa. He was a former resident of this City and was graduated from the York High School and the Gettysburg Theological Seminary. Before entering the army he was in charge of a Lutherian charge at Sparrow’s Point, Md. He served as Chaplain in the U.S. Army since early in the war. Chaplain Bell died in France at the front of a pneumonia. He was the only army chaplain from York to lose his life in the world war. »

D’après le livre York County and the world war, 1914-1919, C. J. Hall et J. P. Lehn ed.

 

Ces aumôniers font partie des millions de soldats morts durant cette première guerre mondiale, unanimement qualifiée de boucherie. Ils sont venus d’une nation étrangère pour venir nous aider à repousser notre ennemi, à stopper une guerre qui par le jeu des alliances politique a entraîné le monde entier dans la guerre.
Que leur souvenir soit honoré à jamais.

 

Je suis à la recherche de toute information historique sur ces soldats afin de compléter mes recherches. I’m looking for any historical information about thoses soldiers and chaplains to complement my research.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *